SAULXURES-LES-VANNES MONT L'ETROIT

Traversée de Mont l'Etroit
Traversée de Mont l'Etroit

Ce 4 octobre, nous sommes 48 dont 3 nouveaux-venus, à entreprendre une promenade de 11 km entre Saulxures les Vannes et Mont l’Etroit.

Nous montons au-delà de l’église de Saulxures vers le Bois des Seigneurs. Une belle allée nous fait passer à proximité de la Croix Chenart. Parcourant la ligne du Té et « les Fagivaux » par des chemins parfois gras, nous traversons  la D117 au lieu-dit « Au-dessous de la ville » et arrivons à Mont l’Etroit du côté de l’église Saint Remy (XIVème siècle remaniée au XVIIIème siècle). Le clocher est une tour en pierre sans flèche avec des meurtrières. Il constitue avec le chœur la partie de style roman la plus ancienne de l’église.

Au centre du village se trouve un calvaire qui repose en fait sur un puits. La date de 1614 y est gravée mais il a été restauré postérieurement. Sur le fût on peut voir un blason représentant un bras tendu tenant un chardon. Au-dessus du chapiteau ionique une tête de mort et des ossements soutiennent la Croix du Christ. La légende prétend que des troupes de passage aient empoisonné ce puits seule source d’eau du village. On attribue ce méfait aux Suédois même si en 1614 la guerre de Trente Ans n’avait pas commencé.

Depuis Mont l’Etroit nous avons un intéressant point de vue sur Ruppes et Punerot qui se trouvent dans les Vosges puisque nous sommes à la jonction des Vosges, de la Meuse, et de la Meurthe et Moselle. En lisière du Bois Juré, nous reprenons paisiblement la direction de Saulxures et profitons de la vue sur Barisey au Plain. En approchant de Saulxures le panorama est complété au premier plan par la vue sur Barisey au Plain, Barisey la Côte et Housselmont et en arrière-plan par la vue sur Colombey les Belles. Au loin les yeux les plus perçants peuvent même apercevoir Sion et le monument à Maurice Barres.

Arrivés à Saulxures nous passons devant une dernière Croix dont le socle constitué par un autel mentionne la date de 1741 et nous apprend que ce monument a été édifié par Joseph Simonin en mémoire de son épouse décédée par apoplexie à cet endroit.

En traversant Saulxures, vers la route de Colombey, la statue de la Vierge et la rue du 31 août 1944, rappellent que ce jour-là, en représailles, les Allemands arrêtèrent 59 hommes de Saulxures. Emmenés à Nancy pour y être fusillés, ils suivirent un parcours hésitant de la Kommandantur à la Gestapo puis à la prison Charles III d’où ils ont été inexplicablement libérés. A pied, ils ont pris le chemin du retour et, malgré quelques nouvelles péripéties, le 2 septembre au soir, ils étaient tous rentrés sains et saufs.

Une belle balade variée que le soleil a réchauffée de sa présence.

          Mireille     

 

                                       

Photos de Denis

Photos d'Annie


Écrire commentaire

Commentaires: 0