SAINT FIACRE, Val de Passey

Traditionnelle photo devant la Viergeotte
Traditionnelle photo devant la Viergeotte

Ce lundi 28 juin 2021 nous sommes 43 dans le bois de Charmes-la-Côte pour un parcours de 11 km. Depuis le lieu-dit « rond de Pommier », notre circuit nous conduit sur les hauteurs de Charmes la Côte le long de la côte Labeur puis de la côte Monnaie. C’est là que nous longeons un ouvrage du système de défense de Séré de Rivières construit entre 1888 et 1890 situé entre les forts de Blénod et de Domgermain. Nous cheminons sur les « Côtes de Toul », dans les bois au-dessus des vignes des vins de Toul AOC qui s’étendent de Domgermain, à Charmes-la- Côte, à Mont-le-Vignoble, à Blénod-les-Toul et à Bulligny et se poursuivent à Lucey et à Bruley.

 

A proximité de Domgermain, les troncs d’arbres s’ornent d’une demi-douzaine de masques et d’un escargot faits d’un mélange de glaise et de paille,  qui créent la surprise. Au lieu-dit les « Sept Sources », on évoque le captage de la « Source des Centenaires » qui fut utilisée dans la fabrication de la limonade « Sic à l’orange ou Sic au citron » dans les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Nous rejoignons le Val de Passey, ses étangs de pêche alimentés par le ruisseau de Met Fontaine et son auberge. On dit que l’auberge possèderait encore deux bouteilles de cette limonade dont la fabrication a cessé voici plusieurs décennies.

Puis une belle côte nous hisse dans le Bois du Chanois jusqu’au lieu-dit le Chanois. Nous traversons la Grande Tranchée jusqu’au lieu-dit La Viergeotte où une statue de la Vierge a été déposée dans une niche creusée dans un tronc d’arbre.

Après la photo de groupe, la vallée de Montplaisir nous ramène non loin de la chapelle Saint Fiacre. Au 16ème siècle, le frère Jean Gerrier, natif de Charmes-la-Côte, gouverneur de la Maison du Saint Esprit, de l’Ordre de Saint Augustin, construit la chapelle en 1522, ainsi que la ferme et une grande maison pour héberger les prêtres. La chapelle fut dédiée à Saint Fiacre, (590-670), né en Irlande. C’était un moine herboriste et guérisseur qui a fondé près de Meaux le monastère de Breuil. Il est le patron des jardiniers et est représenté avec une bêche à la main. Au 17ème siècle, la chapelle n’est plus desservie qu’occasionnellement. En 1793, elle est vendue à un particulier dans le lot de la maison voisine. Au 19ème siècle elle est aménagée à usage d’habitation. En 1940, la vallée de Quatre-Vaux a servi de refuge aux troupes françaises en retraite. Des obus tombèrent autour de la chapelle qui perdit ses vitraux.  Aujourd’hui c’est une propriété privée.  

Enfin, c’est par le Grand Bourguignon que nous regagnons nos véhicules. 

Une belle balade par une température idéale.

                  Mireille

 

Photos de Denis


Écrire commentaire

Commentaires: 0