PAGNY LA BLANCHE CÔTE

Au sommet de la Blanche Côte
Au sommet de la Blanche Côte

En cette matinée du dernier lundi d’août, nous sommes 47 à Pagny la Blanche Côte pour une balade de 10,3 km. Le temps est frais et couvert. Les retrouvailles après les vacances des uns et des autres animent les conversations. Pourtant le silence se fait lorsque la montée vers la Tête des Rousseaux nous fait grimper de 265 m à 396 m. La tête des Rousseaux est située à l’extrémité Est de la côte calcaire dessinée par la Meuse et la rivière de Chêtre qu’on appelle la Blanche Côte. La vue sur la vallée de la Meuse récompense largement l’effort fourni. Autour des boucles du fleuve on peut voir Burey la Côte, Goussaincourt, la flèche de la Basilique du Bois Chenu à Domrémy la Pucelle, Taillancourt et le château Renaissance de Montbras et Maxey sur Vaise. Le charme de la vallée et des collines boisées opère.

 

C’est dans le Bois de Pagny que nous poursuivons notre chemin pour émerger dans une autre vallée, celle de l’Aroffe, affluent de la Meuse, non loin d’Uruffe. Puis vient la montée vers le Fort de Pagny (352 m) et les batteries d’Uruffe et de Pagny, ensemble construit entre 1879 et 1883 qui fait partie du système de défense mis en place entre la guerre de 1870 et la guerre 14-18 par Séré de Rivières. Depuis ce site qui fut guerrier le regard porte loin sur des paysages bucoliques et apaisants. Par le sentier-découverte qui serpente au milieu des éboulis calcaires de la Blanche Côte, nous rejoignons Pagny en ayant soin de ne pas abîmer cet écosystème fragile.

 

        Mireille

 

Photos de Denis

Photos d'Annie


Écrire commentaire

Commentaires: 0