En forêt de GIBEAUMEIX

Rando guidée par la "Gibeaumeixienne" Mireille
Rando guidée par la "Gibeaumeixienne" Mireille

Ce matin du lundi 29 juin nous sommes 34 au refuge des chasseurs de Gibeaumeix pour un parcours de 9 km qui nous conduit à travers les Bois Jurés à proximité de la ferme de la Camardière, puis dans les Bois Ascensés jusqu’à la sommière des Lavières et enfin toujours à travers bois retour depuis la sommière du Milieu jusqu’au refuge des chasseurs.

 

Le nom de Gibeaumeix apparait vers 708 (Gibodivillam) puis en 965 (Gibbonis Mansum). C’est un toponyme lorrain dont le suffixe MEIX, commun à plusieurs communes, signifie ensemble de jardins, propriété privée, et dont on admet généralement que le préfixe reprend le nom du propriétaire initial en l’occurrence Gebald. Gibeaumeix fut une Seigneurie. On mentionne la présence d’un château fort en 1487 qui fut incendié en 1690 puis restauré et finalement démoli en 1803.

 

C’est du XVème siècle que datent le chevet de l’église Saint Jean-Baptiste et la sacristie qui n’est autre que l’ancienne chapelle castrale Saint Maurice remaniée. La nef et le clocher ont été bâtis au XVIIIème siècle. L’église a été largement reconstruite en 1873. Quatre maisons datent du XVIIIème siècle dont la plus ancienne de 1723. Quant à la chapelle Notre Dame de la Pitié, elle date du XIXème siècle comme de nombreuses constructions du village.

La Camardière pour sa part connut son heure de célébrité lorsque l’abbé François Alliot, né à Gibeaumeix en 1798, ayant vécu à Paris et à Senlis, est revenu en 1852 s’installer dans cette propriété. Il a publié de nombreux ouvrages dans les domaines médical, politique et philosophique. Mais ses écrits lui valurent de solides inimitiés et plusieurs agressions qui entraînèrent sa cécité. Il soigne riches et déshérités qui viennent le consulter en nombre. Il meurt en 1872 à la Camardière.

La pluie de ces derniers jours a accéléré la pousse de l’herbe des sentiers et celle de cette nuit a mouillé la végétation et détrempé les sols de sorte que nous sommes très vite mouillés jusqu’aux genoux. Bien entendu le soleil revient lorsque notre balade se termine.

 

          Mireille

 

Photos de Denis

Photos d'Annie


Écrire commentaire

Commentaires: 0