SIONNE, la forêt des hêtres tortillards

Ce lundi 4 novembre, nous sommes 40 à Sionne dans les Vosges pour une randonnée de 10 km. Sionne, mentionnée dès 1097, est située dans la vallée de la Saônelle, affluent de la Meuse, en face de la butte dominée par le château de Bourlemont.

Notre parcours nous conduit, par des chemins bien entretenus, à travers les bois de Frébécourt et de Sionne, vers la « Combe des Enfants » non loin de l’ancien château de Rorthey devenu une ferme aujourd’hui. La maison forte initiale appartenait à l’évêché de Toul au XIème siècle.

C’est Jeoffroy de Bourlemont qui le  reconstruit en véritable château fort au XIIIème siècle. A la fin du XVIème siècle, le destin des héritiers du château de Gombervaux proche de Vaucouleurs, a croisé celui des héritiers de Rorthey sur fond de guerre de religion. Philippe des Salles seigneur de Gombervaux, fidèle au catholicisme et au Duc de Lorraine, avait eu six enfants. Son fils aîné, Jean des Salles, à son tour seigneur de Gombervaux, est devenu Capitaine de Vaucouleurs. Contrairement à son père, il s’est attaché au roi de France et non pas au Duc de Lorraine. Il a épousé Marguerite du Hautoy fervente calviniste, et a abjuré la foi catholique pour embrasser la religion protestante. Jean des Salles, pour garder la confiance du roi, est ensuite revenu à la foi catholique mais sa femme et ses filles, Guillemette et Antoinette, sont restées protestantes. Guillemette a épousé René de Beauvau, baron de Rorthey qui meurt peu après son mariage. Elle hérite du château de Rorthey où elle donne asile à des calvinistes. Partisan des catholiques, le Duc de Lorraine Charles, assiège la forteresse, chasse les protestants et Guillemette qui doit se réfugier auprès de sa sœur Antoinette à Gombervaux. Elle est contrainte de revenir au catholicisme et d’élever dans cette religion ses enfants René et Marguerite. Elle n’obtiendra la restitution de son château de Rorthey qu’après sa soumission au Duc de Lorraine en 1592.

Dans les bois des champignons à profusion ont percé le tapis de feuilles et répandent des effluves qui réjouissent les mycophages. En fin de parcours nous empruntons l’ancienne voie romaine qui reliait Grand, Sionne, Coussey et Soulosse. Nous avons la chance de contempler les fameux Hêtres Tortillards (appelés aussi Faux) mentionnés dès le VIème siècle par les moines de l’abbaye de Saint Basle. Leur tronc et leurs branches sont tordus en tous sens leur conférant des silhouettes extraordinaires aussi esthétiques qu’étranges. Nous croisons le balisage des circuits des Dolines, nom donné aux Deuilles.

Merci aux organisateurs de cette agréable randonnée que la pluie a épargnée.

 

       Michel et Mireille

 

Photos de Denis

Photos d'Annie


Écrire commentaire

Commentaires: 0