Tour du Lac de MADINE

Ce lundi ensoleillé nous étions 33 à partir de bon matin de la Butte de Montsec pour un tour du lac de Madine soit 19 km avec repas à mi-chemin à Nonsard. Le lac de Madine est situé dans la plaine de la Woevre, ancienne étendue marécageuse et forestière asséchée par la création de canaux et d’étangs piscicoles réalisés par les moines entre le XIIème et le XVIème siècle. Avant d’être une base de loisir et une réserve de chasse et de faune sauvage, le lac est d’abord un réservoir d’eau qui régule la rivière Rupt de Mad, la principale ressource d’eau potable de la ville de Metz. Lorsque dans les années 1970, les captages et pompages utilisés se sont révélés insuffisants pour couvrir les besoins croissants en eau de Metz, ce sont les eaux du Rupt de Mad, affluent de la Moselle, qui ont été choisies en raison de leur qualité.

Mais leur débit insuffisant en période de basses eaux a nécessité un ouvrage de régulation c’est-à-dire une retenue d’eau, sous forme d’un lac artificiel qui gonfle à la saison des pluies, réalisée à Nonsard, sur la Madine, affluent du Rupt de Mad. L’ouverture de deux vannes en aval de la retenue permet de compléter, autant que nécessaire en période sèche, le débit du Rupt de Mad.

Cet ouvrage mis en eau en 1977, comprend deux digues, la digue des Chevaliers de 1500 m de long et la digue de Marmont de 1600 m de longueur, constituées d’argile compactée couverte de rochers. Il a une capacité de stockage de 35 millions de m3 pour une superficie de 1 100 ha. Il mesure 5 km de long et de 500 m à 2,4 km de large. Sa profondeur qui peut aller jusqu’à 11 m est de 2,5 m en moyenne. Il se décompose en plusieurs petits fjords et possède quelques îles dont la plus importante en son centre, l’île de bois Gérard.

De Montsec nous nous dirigeons vers Heudicourt sous les Côtes entre prairies très rases et très sèches, vergers, l’étang de la Perche et le lac puis à travers bois, toujours avec vue sur le lac. Dans les prés nous ne verrons pas de bœufs Highlands aux longs poils roux et aux cornes acérées. Le lac de Madine offre des possibilités de pêche en barque et d’observation des oiseaux d’eau dont les espèces varient selon les saisons. Actuellement ce sont plus particulièrement les migrateurs d’automne et ceux qui s’installent pour hivernage : hérons, grèbes, foulques, cygnes et de nombreuses variétés de canards.

Après la ferme de Buxeraubois, nous délaissons le village d’Heudicourt pour traverser le site de loisir d’Heudicourt. Pour les familles lorraines le lac est une base de loisir à 45 km de Metz et de Nancy qui est organisée autour de deux sites aménagés. Sur le site d’Heudicourt se trouvent le centre équestre, l’accrobranche, une baignade surveillée, des locations de vélos, l’école de voile et la location de voiliers, l’école de plongée, l’aire des camping-cars, les hébergements de groupe, des roulottes et des gites.

De bois en digue nous atteignons Nonsard. Sur le site de Nonsard se trouvent le golf, une baignade surveillée, le port de plaisance, le bateau promenade électrique, des locations de vélos et de matériel nautique, le camping, une brasserie et des commerces. Sur le lac les moteurs thermiques sont interdits pour éviter toute pollution de l’eau par des hydrocarbures. Seuls les moteurs électriques sont tolérés. Vive les voiles, les rames et les pédalos.

A la Brasserie du port nous rejoignent 6 marcheurs du Pied Champêtre pour un apéritif offert par Claudette pour la naissance du 3ème de ses petits-enfants et Thérèse qui fête sa retraite. Un grand merci à chacune. Un bon repas ayant réparé nos forces, nous reprenons joyeusement notre randonnée sur digue d’abord puis à l’ombre des bois vers  Montsec. Nous reprenons nos voitures pour monter au sommet de la Butte de Montsec profiter du paysage. La Butte de Montsec, haute de 375 m, offre un panorama très étendu, à l’ouest, sur la Woevre et les Côtes de Meuse, au nord-est, sur le lac de Madine et la retenue d’eau de Nonsard. Au sommet les Américains ont élevé un monument pour commémorer l’offensive du 12 au 16 septembre 1918 qui leur a permis de réduire le « Saillant de Saint Mihiel » et de faire 15 000 prisonniers. Les colonnes de l’édifice forment une rotonde dont le couronnement porte les noms des unités américaines ayant combattu dans ce secteur.

Une belle journée et une sympathique balade toujours appréciée.

 

        Mireille

 

Photos de Denis


Écrire commentaire

Commentaires: 0