VILLE-ISSEY COMMERCY

Le groupe au complet avec les rapides
Le groupe au complet avec les rapides

Ce lundi 25 février très ensoleillé et chaud, nous sommes 49 à Ville-Issey pour un parcours de 11.2 km. D’abord le long de la voie ferrée puis en montant en pente douce à travers champs vers les casernes de Commercy, nous quittons les méandres de la Meuse lascive pour la Meuse canalisée. Elle alimente le canal de l’Est qui s’éloigne vers Vertuzey pour rejoindre le canal de la Marne au Rhin à Troussey. Sur la rive opposée de la Meuse on aperçoit Euville.

La ville de Commercy existait au IXème siècle et possédait un palais où séjourna l’Empereur carolingien Louis le Pieux en 860. Notre visite commence par le prieuré du Breuil reconstruit en 1754 à l’emplacement d’un monastère fondé au XIème siècle et confié aux Bénédictins. Son église fut démolie au début du XIXème siècle. Le bâtiment a servi de Sous-Préfecture puis de gendarmerie pour devenir l’Ecole Normale en 1854.

 

La Lorraine a connu les premières fondations monastiques au VIIème siècle grâce aux moines irlandais dont la règle impliquait la « perigrinatio » c’est-à-dire des missions lointaines d’évangélisation sur le continent. Au VIIIème siècle les fondations de monastères se sont multipliées. Elles correspondaient à la mise en place de centres politiques et économiques autant que religieux. Les monastères drainaient la richesse par les revenus qu’ils percevaient et les terres dont ils organisaient la mise en valeur. Au IXème siècle fut imposée aux moines la règle de Saint Benoit de Nursie qui donna son nom à l’ordre Bénédictin. Mais à la fin du IXème siècle, les abbayes devenues fort riches furent données pour services rendus à des laïcs qui devenaient ainsi abbés et gouvernaient à leur guise. Il s’ensuivit l’appauvrissement et parfois le démantèlement de leurs possessions dispersées entre les uns et les autres. Au Xème siècle se produisit une réaction visant à remettre de l’ordre dans la vie monastique. En Lorraine sous l’influence de l’Abbaye de Gorze, on s’attacha à la reconstitution de domaines suffisants suivie de bonne gestion. Les fondations d’abbayes reprirent. Du Xème au XIIème siècle, les abbayes étaient en relation les unes avec les autres. Le rôle des Bénédictins s’est transformé au XIème siècle car on a fait appel à eux pour créer de petits centres monastiques au pied des châteaux. Au souhait des seigneurs de disposer d’un personnel ecclésiastique pour les offices au château répondait le souci des abbés de protéger les biens des abbayes contre les convoitises. Beaucoup de villes sont nées de la trilogie : château (politique), marché (économie), abbaye ou prieuré (religion). L’influence politique fut particulièrement évidente pour les abbayes de Gorze, Saint Mihiel et Saint Evre. Mais ce fut à l’abbaye de Molesme,située dans le diocèse de Langres, qui compta 74 prieurés dans 18 diocèses différents, que le seigneur de Commercy fit appel pour fonder un prieuré. Pendant 5 siècles, les Bénédictins ont tenu une place de premier plan dans l’aménagement du paysage urbain et rural. Les moines ont organisé le défrichement dans les bois, la répartition des terroirs, la culture des céréales et de la vigne, et l’élevage. Les abbayes étaient seuls seigneurs de larges étendues et de nombreux villages si bien que leur souvenir reste attaché aux toponymes des bois (bois juré), des prés et des vignes (clos du prieuré). Au XIIème siècle l’influence des Bénédictins céda deva     nt l’émergence des Cisterciens et des Prémontrés.

Nos pas nous conduisent vers le château de Commercy en passant devant la rue des Juifs et son n° 1 à la façade très décorée qui fut une ancienne synagogue. Une communauté juive était installée là de longue date probablement avant 1324.

En 1247, la seigneurie de Commercy, par mariage, fut rattachée au Comté de Sarrebrück. Du partage entre les fils du Comte naquirent deux châteaux : le Château Bas des seigneurs de Commercy et le Château Haut des Comtes de Sarrebrück construit en 1345. En 1650, Jean-François Paul de Gondi, cardinal de Retz, a hérité de la seigneurie du Château Haut qu’il a vendu en 1665 à Anne de Lorraine, princesse de Lillebonne. En 1697 elle a fait don de ses droits sur Commercy à son fils qui à son tour les a légués en 1702 à Léopold Ier, Duc de lorraine. Celui-ci a accordé l’usufruit de la seigneurie de Commercy à Charles-Henri de Lorraine-Vaudemont. Ce dernier a réalisé à partir de 1708 les travaux qui ont donné à la ville son aspect actuel avec la place du fer à cheval et la très belle perspective de l’avenue des Tilleuls. Il fit détruire le Château Haut pour en construire un nouveau. En 1722, Léopold Ier a acquis par échange le Château Bas réunissant ainsi les deux seigneuries de Commercy. Au décès de Charles-Henri de Lorraine-Vaudemont, la seigneurie est revenue au Duc de Lorraine. Après la renonciation de François III au Duché de Lorraine, sa mère Elisabeth-Charlotte reçoit la principauté de Commercy comme demi-exil. A sa mort en 1744, Stanislas Leczinsky, beau-père de Louis XV, prit possession de Commercy pour l’embellir et créer de très beaux jardins. Voltaire fréquentait assidûment la Cour de Stanislas à Commercy. Le château fut ravagé en 1944 par un incendie. Seules les façades ont été restaurées dans leur aspect du XVIIIème ainsi que le grand salon central.

Après le château c’est l’église Saint Pantaléon qui nous attend. De style néo-gothique et Renaissance, elle a été construite avant 1575 sur l’emplacement d’un ancien bâtiment détruit par les troupes de Charles Quint en 1544. Les peintures représentent la décollation de Pantaléon de Nicomède. En 1600 on y a transféré les reliques de Jacques Pantaléon, devenu Pape sous le nom d’Urbain IV et mort en 1264. C’est en 1870 que le chœur et le transept ont été remodelés en style néo-gothique.

Par l’arrière du château nous rejoignons le moulin et l’octroi pour revenir le long de la Meuse canalisée et de la voie ferrée vers Ville-Issey. Au passage le conducteur du TER nous gratifie d’un sonore coup de klaxon. 

Une balade facile et intéressante pour une belle journée de printemps.

                       Mireille

 

 

Photos de Denis

et quelques unes de Sylvie

Photos d'Annie


Écrire commentaire

Commentaires: 0