Autour d'ABAINVILLE

Ce lundi 24 Septembre, nous sommes 49 marcheurs à Abainville pour un parcours de 10 km (12.5 km pour les rapides).

Abainville fut peuplée dès l’époque mérovingienne comme en témoigne la  nécropole des VI et VIIème siècles retrouvée dans les années 70.Au XIXème Abainville possédait des forges très importantes qui contribuèrent à la fabrication des rivets de la Tour Eiffel.

Le village est traversé par l’Ornain qui naît au Sud de Gondrecourt-le-Château de la confluence de l’Ognon et de la Maldite, traverse 39 communes sur 116 km avant de se jeter dans la Saulx à Etrepy.

 

Au loin on aperçoit le clocher de Bonnet. L’église abrite le tombeau de Saint Florentin, fils du roi d’Ecosse, qui refusa d’être associé au trône, émigra au VIIème siècle sur le continent et se loua à Bonnet comme simple porcher. Satan vint le tenter sous les traits d’une séduisante princesse qui lui proposa de revenir en Ecosse auprès des siens. Pendant trois jours il lutta contre la tentation puis frappa d’un coup de masse à la séductrice qui redevint diable. Une source miraculeuse jaillit à l’endroit où était tombée la masse. Saint Florentin avait demandé après sa mort à ce que son corps, transporté par un char tiré par deux taureaux rouges, soit enterré à l’endroit où s’arrêteraient ces animaux. Ce fut là que fut édifiée l’église qui abrite son tombeau. Au Xème siècle, l’évêque de Toul développa les pèlerinages à Bonnet où aliénés et malades des nerfs venaient chercher la guérison. Saint Florentin est invoqué pour se libérer des peurs et terreurs en raison de celle que lui inspira la vision de Satan.

Nous nous dirigeons vers les Longues Roies. Après la traversée de la D182 on emprunte le GR703 jusqu’à Gondrecourt-le-Château. Un chevreuil bondit dans un champ voisin. Un âne esseulé nous accueille avec un enthousiasme bruyant. La pancarte Abainville 10,7 km nous étonne mais les marcheurs du cru nous rassurent. C’est une erreur : il faut lire 1,7 km.

Nous enjambons l’Ornain, quittons Gondrecourt, traversons la Vallée de la Muleau pour rejoindre le GR703 variante qui ramène vers Abainville. Nous passons devant les remarquables bassins de la pisciculture Vaucheron qui élève des truites pour le repeuplement des cours d’eau. Le spectacle des sauts de truites hors de l’eau nous retient un long moment.

De retour à Abainville nous visitons l’église Saint Martin construite en 1625, détruite et reconstruite au XIXème.De très nombreux et beaux vitraux l’éclairent. Elle est remarquablement entretenue.La chaire et le confessionnal en bois travaillé sont bien mis en valeur. A gauche de l’entrée, une maquette, œuvre d’un paroissien, représente l’église. 

Cette première randonnée d’automne se termine agréablement dans le lavoir par une collation offerte par les marcheurs d’Abainville qui ont aussi composé le parcours. Nous les remercions chaleureusement de leur accueil.

                                                                                                                                                  Mireille. 

 

 

Photos de Denis

Photos d'Annie


Écrire commentaire

Commentaires: 0