La Chapelle de Massey entre PAGNY/MEUSE et ST-GERMAIN

Visite commentée  par Patrick Claudon, responsable de l'association de la Chapelle de Massey
Visite commentée par Patrick Claudon, responsable de l'association de la Chapelle de Massey

Ce lundi 16 juillet très ensoleillé, nous sommes 39 près de la chapelle de Massey, à 3 km de Pagny sur Meuse, pour un parcours de 9 km (13 km pour les rapides). Une bonne surprise nous attend.

A l’initiative de l’un de nous un membre de l’association qui veille sur la chapelle est venu nous la faire visiter. Une légende accompagne la fondation de ce monument. A la fin du XIIIème siècle, un seigneur, qui pourrait être Aubert d’Ourches, captif, fit vœu,s’il était libéré, de dédier un oratoire à la Vierge. Il se trouva libre et les fers qui l’entravaient s’ouvrirent. Il fit ériger l’oratoire promis et y suspendit ses fers que l’on voit encore aujourd’hui sur le mur de droite. Entre 1535 et 1537, la chapelle fut restaurée et agrandie à l’initiative de Jean Forget, Grand Chantre de la cathédrale de Toul, puis de nouveaux travaux furent entrepris au XIXème et XXème siècle.

 

Le campanile qui surplombe l’entrée aurait dû abriter des cloches mais la seule qui existe est logée à l’intérieur de l’édifice. La rosace au-dessus du portail est du XIIIème siècle mais le vitrail au centre représentant Jeanne d’Arc est du XIXème. Les voûtes de la nef gothique reposent sur des clefs sculptées portant les armoiries de Jean Forget. Autour des clefs sont visibles des décors peints : fleurs de lys et blason à calice. Les vitraux de la nef représentant un poilu pour   le seigneur délivré pour l’autre sont du XXème siècle alors que les vitraux du chœur datent de 1880. Sur l’autel, la statue de la Vierge à l’Enfant est une reproduction de Notre Dame de Langueur qui, pour la protéger du vandalisme, a été placée en l’église de Pagny sur Meuse. A droite du chœur, se trouve la « piscine » c’est-à-dire la niche en pierre sculptée qui recevait l’eau de la source pour permettre le nettoyage des objets liturgiques.

Le plus remarquable dans ce monument est le haut-relief du XVème siècle, d’une extraordinaire finesse, représentant l’Adoration des Mages devant l’Enfant Jésus.

Sans nous en apercevoir, à travers bois, nous côtoyons le Val de l’Asne, ancien lit de la Moselle qui s’écoulait vers la Meuse il y a plus de 200 000 ans avant d’être déviée vers le Rhin. A la fin de la glaciation, le cours de la Moselle qui descend des Vosges, se jetait dans la Meuse à Pagny sur Meuse. Puis l’affaiblissement du débit a créé un important dépôt d’alluvions qui a obstrué le cours de la Moselle « au seuil de Foug »créant ainsi la vallée sèche du Val de l’Asne.

Nous atteignons les carrières de calcaire du Revoi mais l’ardeur du soleil nous fait replonger bien vite dans l’ombre du Bois de Longor.

Voilà une belle promenade avec quelques dénivellations propices à une mise en forme matinale.

                                                                                                                                                                        Mireille

 

 

Photos de Denis

Photos d'Annie


Écrire commentaire

Commentaires: 0