Les bois d'URUFFE

Les "urufiennes" : Claudette, guide du jour et Thérèse
Les "urufiennes" : Claudette, guide du jour et Thérèse

Ce lundi 4 juin nous sommes 47 à Uruffe pour un parcours de 10 km (12.7 km pour les rapides). Uruffe est un village arrosé par l’Aroffe dont le cours est complexe.

Sur une zone s’étendant de Toul jusqu’au sud de Colombey les Belles, on observe de nombreux phénomènes de résurgences liés à de petits accidents d’effondrements géologiques qui perturbent l’écoulement des eaux de surface. Ainsi la Bouvade, qui prend sa source à Bagneux et se jette dans la Moselle à Pierre la Treiche, reçoit principalement les eaux de la Deuille de Crézilles. (deuille signifie rigole, amenée d’eau.) Le « trou de la Deuille» à Crézilles a des dimensions impressionnantes : longueur 25 m, largeur 10 m, hauteur 8 à 10 m. Curieusement, des expériences de coloration ont montré que le niveau de la Deuille de Crézilles était tributaire de celui de l’Aroffe.

Or l’Aroffe prend sa source à Beuzevin (54), arrose Aroffe (88), disparaît à Gémonville (54), réapparaît à Barisey au Plain (54), pour se jeter finalement non pas dans la Moselle mais dans la Meuse à Rigny la Salle (55). Pourtant, les habitants disaient que les eaux perdues à Gémonville ressortaient soit à la Deuille de Crézilles soit à la Rochotte près de Toul.

On citait une anecdote selon laquelle des canards tombés dans les gouffres de Gémonville seraient réapparus à la Rochotte et des bouchons qu’on y aurait jetés seraient eux réapparus à la Deuille de Crézilles. Et en effet, l’injection de colorant dans l’Aroffe à Gémonville a permis de détecter la présence de ce colorant dans la Deuille de Crézilles et aussi au « Trou des Glanes », gouffre circulaire de 15 m de diamètre et 6 m de profondeur situé à Moutrot, qui alimente aussi la Bouvade laquelle se jette dans la Moselle. Tout se passe comme si les eaux souterraines de l’Aroffe se partageaient entre le bassin versant de la Moselle et celui de la Meuse.

A Uruffe, l’Aroffe reçoit en rive droite le ruisseau de la Deuille d’Uruffe (dite aussi Fontaine de Meine). Deux légendes courent sur la source de Meine. L’une raconte que Sainte Meine fuyant les persécutions s’était arrêtée dans la forêt. A l’endroit où elle ficha en terre le bâton qui lui servait d’appui, une source jaillit. L’autre légende remonte à Charlemagne. Alors qu’il s’adonnait aux plaisirs de la chasse, pressé par la soif, il frappa de son épée la terre et aussitôt une fontaine sortit.

En réalité la Fontaine de Meine est une résurgence très temporaire qui débite les eaux infiltrées dans les calcaires de la forêt de Meine. Par son altitude (290 m) et sa position cette résurgence n’a aucun rapport avec les autres phénomènes de résurgence ci-dessus évoqués.

Quittant le cimetière où nous laissons nos voitures, nous montons à la sortie d’Uruffe vers Gibeaumeix, par la voie Saint Fiacre vers le Bois de Sèche-Fontaine. A gauche notre ascension reprend vers la D 114 que nous traversons à l’emplacement des totems indiquant le parcours de la Meine. Nous abordons la descente dans la vallée de la Deuille que nous suivons en direction d’Uruffe. L’orage redouté n’a pas éclaté et le bois nous a garanti une appréciable fraicheur. En résumé ce fut une sympathique promenade dont nous remercions l’inspiratrice.

 

                                                                                                                                                                        Mireille

 

 

 

Photos de Denis

Photos d'Annie


Écrire commentaire

Commentaires: 0