VAUCOULEURS Gombervaux

Le château de Gombervaux : départ du Boldair du 29 avril
Le château de Gombervaux : départ du Boldair du 29 avril

Sous le soleil et dans la bonne humeur, nous nous retrouvons à 58 au château de Gombervaux pour une très agréable balade de 10,3 km (13,8 km pour les rapides). Le circuit nous conduit à travers le Bois d’Ourches vers la voie romaine.

C’en est fini du manteau brun de feuilles mortes et de la terre nue offerte aux morsures de l’hiver. Encouragées par les chants des oiseaux, des milliers d’anémones Sylvie blanches et de pervenches bleues ont envahi les sous-bois. Le long des chemins, le jaune d’or des tussilages, sans feuilles, rivalise avec celui des ficaires, aux feuilles en forme de cœur, des coucous et des premières renoncules boutons d’or.

Les toutes petites véroniques, les violettes,  et les délicates hépatiques à trois lobes d’un bleu profond, se poussent du col pour ne pas être en reste. Les premières cardamines des prés roses font leur apparition. Dans les prairies reverdies, les pâquerettes s’exposent. Tant de couleurs font oublier le vert tendre de l’hellébore fétide dont les fleurs penchées tachées de rouge ont été durant l’hiver les précurseurs de la renaissance de la nature. Les cornouillers qui avaient ouvert les premiers leurs petits bouquets de fleurs jaune pâle sont rattrapés par les épines qui se couvrent de fleurs blanches. Devant une offre aussi alléchante, le papillon citron s’est élancé hardiment suivi de peu par le paon aux ailes marquées de quatre yeux.

Devant la croix érigée en 1824, nous sommes ravitaillés en bonbons et œufs en chocolats par d’aimables marcheuses. Après quoi, nous descendons vers la vallée jusqu’au Pré des Taureaux où nous avons la chance d’apercevoir deux oies sauvages.

Nous passons au lieu-dit Blainville, témoignage de l’ancien village d’Amblainville qui fut détruit en 1366 dans les circonstances suivantes. Geoffroy de Nancy, seigneur de Gombervaux, bâtisseur du château, avait trois fils : Geoffrin, Guérard et Jean. Guérard s’empare de la forteresse de Maxey sur Vaise, propriété de Geoffroy de Foug. Ce dernier se venge en ravageant les villages de Tusey et Amblainville, dépendances de Gombervaux. Amblainville ne s’en remettra jamais et disparaît.

Notre chemin passe ensuite près du lieu-dit Saint Gorgon. Il y eut auprès d’une fontaine un ermitage vendu et dépecé à la Révolution. La légende veut qu’en 733, les habitants de Varangéville qui ramenaient de Rome les reliques de Saint Gorgon, martyr romain du IVème siècle, se reposèrent à Amblainville. Par la suite les habitants d’Amblainville bâtirent une église en l’honneur de ce saint, qui fut détruite avec le village. Beaucoup plus tard, au XVIIIème siècle, une chapelle dédiée à Saint Gorgon a été édifiée sur les ruines de l’église du village détruit en 1366. Il n’en reste rien aujourd’hui.

La côte qui donne accès à la ferme de Margouillis est un peu raide mais la vue sur la vallée de la Meuse nous récompense. Notre balade se termine à Gombervaux après avoir respiré une grande bouffée de printemps.

 

                                                                                                                                                    Mireille. 

 

 Merci à Gilles pour les précisions sur l'ouette d'Egypte

 

Photos de Denis

Photos de Sylvie R.


Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Gilles (mardi, 17 avril 2018 08:24)

    Je pense que l'OVNI (oiseau volant non identifié) photographié hier est une OUETTE D'EGYPTE.