VAUCOULEURS Hauts de Neuville et Montigny

Ce lundi 8 Janvier 46 marcheurs s’en vont inaugurer joyeusement la nouvelle année et le programme des balades 2018. C’est le Sud-Ouest de Vaucouleurs qui a été choisi pour un parcours de 9,5 km (12,5 pour les rapides) qui offre une vue imprenable sur la vallée inondée de la Meuse semblable à un grand lac: départ vers Neuville les Vaucouleurs puis crochet vers Montigny les Vaucouleurs et retour par le GR 703. Entre Duché de Bar, Duché de Lorraine, Evêché de Toul, aux confins du Royaume de France et du Saint Empire Germanique, Vaucouleurs est étroitement associé à la construction de la France jusqu’à la Révolution. (Histoire de Vaucouleurs, cliquer sur le lien).

De l’époque médiévale on peut encore voir les vestiges comme la porte de France située à l’Ouest des anciens remparts. L’édifice actuel fut élevé en 1734 sur des murailles du XIIIème siècle enterrées. La Tour du Roi ou Tour St Thiébault, qui est la porte Nord, est enclavée dans une maison mais bien visible. La Tour des Anglais, située à l’Est de la Tour du Roi, se dresse au milieu de 60 mètres de courtines très bien conservés, rue des Muets. Au Sud-Est de l’ancienne enceinte à présent enterrée, on peut apercevoir la Tour des Prévôts qui est en fait une échauguette. Les vestiges du château se résument à la chapelle castrale reconstruite en 1890 et à la crypte qui abrite Notre dame des Voûtes, statue en pierre calcaire du XIVème siècle mutilée par les troupes de Charles Quint (1554), par les Suédois en 1635 et pendant la Révolution. Place d’Armes on voit la maison Le Royer où séjourna Jeanne d’Arc à l’occasion de ses contacts avec Robert de Baudricourt.

Le XVIIème siècle a laissé deux maisons remarquables : une au 34 de la rue Jeanne D’Arc, en pierres de taille sous un toit à forte pente couvert de tuiles plates et l’autre plus modeste, au 2 rue du Paradis, reconnaissable à la gerbière par laquelle on hissait le foin sur le grenier.

Le XVIIIème siècle a laissé à Vaucouleurs quelques belles maisons notamment place d’Armes, un ensemble de trois maisons (restaurant) et rue Jeanne d’Arc en face de l’Hôtel de Ville (quincaillerie Liégeois). De la même époque, l’église St Laurent, église-halle, a été construite de 1780 à 1785. Le chœur est lambrissé mais les voûtes et les parois ont été entièrement peintes en 1860. Les vitraux consacrés au départ de Jeanne d’Arc  en 1429 et au supplice de Jeanne en 1431 ont été réalisés par les établissements Pierson en 1892. L’orgue construit au XVIIIème siècle est intégré à un buffet du XIXème orné d’angelots, feuilles d’acanthe et fleurs d’inspiration rocaille.

Au XIXème siècle, l’architecture industrielle domine accompagnant le dynamisme du bassin d’emploi de Vaucouleurs. Entre 1832 et 1963, existait une fonderie d’art à Tusey dont les fontaines, statues et décorations sont présentes partout dans la région et dans de nombreuses villes de France. L’autre fonderie sise à Vaucouleurs est encore en activité. Entre 1860 et 1967, l’entreprise Pierson a fabriqué des statues religieuses et, après la guerre de 14-18, des monuments aux morts. Elle possédait aussi un atelier de sculpture sur bois et un atelier de peinture sur verre. Elle a vendu ses œuvres en Europe, en Amérique et au Canada. La maison personnelle de Martin Pierson, élevée à proximité de son usine à la fin du XIXème siècle, sur trois niveaux avec une abondance  de décor, est inoccupée  et visible en face du monument aux morts.. Entre 1874 et 1983, les établissements Berthelot ont été spécialisés dans la fabrication de sous-vêtements de flanelle. De 1879 à 1949, une brasserie produisait la « Bière de Vaucouleurs » également nommée « la Favorite ». Depuis 1885 jusqu’en 1975, et plus modestement de nos jours, les établissements Seiligmann conduisent une activité de confection. La prospérité économique valcoloroise est symbolisée par la construction,en 1909, de l’immeuble de la Caisse d’Epargne, aujourd’hui abandonné, dans le style Art Nouveau de l’Ecole de Nancy. Toute la façade est décorée de motifs sculptés et de céramiques colorées.

Vaucouleurs protège un patrimoine intéressant qui témoigne de l’histoire de France. Ainsi devant l’Hôtel de Ville se trouvait une colonne en fonte à la gloire de la République. En 1966 ce monument fut remplacé par la statue équestre de Jeanne d’Arc réalisée en 1832 et installée à Alger en 1851. Mutilée en 1962 lors de la guerre d’indépendance de l’Algérie, la statue fut amenée à Vaucouleurs. On peut citer un autre exemple : sur le monument aux morts de 14-18 réalisé par les établissements Pierson, le coq avait primitivement la patte posée sur un casque à pointe rappelant la revanche prise sur les vainqueurs de 1871. Le casque à pointe a disparu lors de la seconde guerre mondiale.

 

                                                                                                                                                                   Mireille

 Commentaires sur l'histoire de Vaucouleurs

 

Photos de Denis

Photos d'Annie


Écrire commentaire

Commentaires : 0