BLENOD-LES-TOUL MONT-LE-VIGNOBLE

A travers les rues de Mont-le-Vignoble
A travers les rues de Mont-le-Vignoble

En ce 30 octobre nous sommes 54 à nous engager dans les vergers près de Blénod les Toul pour un parcours de 10.7 kms (14 kms pour les rapides) qui nous conduit par le Bois de Sorvigne à l’ancien Fort de Blénod les Toul construit par Séré de Rivières entre 1874 et 1883 à 411 m d’altitude. Dans le bois alentour nous repérons le dispositif de « queues de cochon » et de fils de fer barbelés destinés à piéger et à arrêter les fantassins. Le fort est aujourd’hui une propriété privée. Il est reconverti en terrain de Paint Ball. En longeant la Côte Bigot boisée nous découvrons une fresque mettant en scène un blaireau et un écureuil très stylisés.

Nous descendons dans le village de Mont le Vignoble. Sur certaines façades des mascarons évoquent les vendanges et la vinification. Les Côtes de Toul produisent des vins AOC dont le Vin Gris de Toul. Introduite par les Romains sur les coteaux du Toulois, la vigne après la Révolution couvrait 50 000 ha. Le phylloxéra, la concurrence des vins du Sud amenés par rail, ont entraîné le déclin de la viticulture de sorte qu’en 1951 il ne restait que 30 ha de vignes. Depuis la replantation et le travail accompli sur la qualité du vin ont été couronnés par la classification AOC en 1998. Les cépages Gamay, Pinot, et Auxerrois sont planté sur 100 ha de sols argileux avec des éboulis calcaires. Sur l’ensemble du domaine classifié, une vingtaine d’exploitations viticoles produisent annuellement environ 4 000 hl de vins gris, rosés, blancs, et rouges. A la sortie de Mont le Vignoble une belle croix très bien entretenue a été érigée en 1831 en mémoire de la famille Thouvenin.

La montée vers le lieu-dit les Millières  nous dirige vers Charmes la Côte par la côte Babile. Au passage nous constatons que la halle en plein air du foyer rural a été décorée de fresques de même facture que celles vues précédemment. Du haut de la côte, à travers les arbres, nous apercevons Ecrouves, la côte Barine et le Mont Saint Michel.

Comme Mont le Vignoble, Charmes la Côte est historiquement lié au vin. Saint Bernard de Clairvaux passant par là en 1146 aurait transformé en vin, l’eau que les habitants du village avaient apportée pour la faire bénir. En 1251, Geoffroy, seigneur de Bourlémont, aurait donné à l’Abbaye Notre Dame de Mureau (Pargny sous Mureau) une « charrée » de vin à prendre à Charmes la Côte. A partir de 1265 il aurait donné annuellement deux « muids de vin  de Charmes » c’est-à-dire deux fois 268 litres. En 1330 Jean, seigneur de Bourlémont, aurait fait donner chaque année à cette abbaye « 24 muids de vin de sa vigne de Charmes ».

Alors que les rapides font une boucle dans le Bois de Domgermain, nous descendons par le Grand Bourguignon vers l’ancienne métairie de Saint Fiacre sur le territoire de Rigny Saint Martin. Le Frère Hospitalier Jean Gerrier, originaire de Charmes, Maître de la Maison du Saint Esprit de Toul de 1516 à 1550, a acheté toute la vallée de Quatre Vaux au profit de l’hospice toulois. Il fit ériger la métairie,une vaste maison aujourd’hui disparue et la chapelle Saint Fiacre toujours visible. L’ancienne métairie Saint Fiacre abrite aujourd’hui un centre équestre.

Nous descendons vers le Moulin des Onze Fontaines et son étang. Puis nous regagnons nos véhicules près de Blénod les Toul à travers le Bois de Beauchanois.

Voilà un beau parcours sur les coteaux toulois agrémenté par le soleil d’automne.

 

                                                                                                                                                              Mireille

 

 

Photos de Denis

Photos d'Annie


Les Rapides à la Viergeotte (Photos de Dédé)

Écrire commentaire

Commentaires: 0