Rando-Challenge à VERDUN

Ce dimanche 8 Octobre, nous étions 13 à braver le brouillard matinal, après un petit café-gâteau offert, pour participer au rando-challenge organisée par les Randonneurs Verdunois. Deux parcours étaient proposés (10 kms et 19 kms) pour découvrir Verdun. Le Pied Champêtre a aligné deux équipes : une de six membres et l’autre de sept pour les 10 kms. On nous remet un plan de la ville, une grille réponse, un commentaire des principaux monuments rencontrés. La règle du jeu oblige à déclarer au départ l’heure à laquelle on compte arriver sous peine de pénalités en cas de retard. Dix balises (15 pour le long parcours) contenant chacune une question et trois propositions de réponses (A, B, C) nous attendent. A chaque balise on pointe en faisant un trou sur le plan avec le poinçon attaché à la balise à l’endroit où se trouve celle-ci. On poinçonne aussi sur la grille-réponse pré-imprimée la case A, B, C, correspondant à la réponse sachant qu’il peut y avoir 1, 2, ou même 3 bonnes réponses.

En route et que le meilleur gagne.

Nous quittons le Pré l’Evêque par le pont-écluse St Amand puis en suivant la rive du ruisseau St Vanne au bas des fortifications de la Citadelle. Au Carrefour des Maréchaux, où se dressent 16 statues de chefs militaires de l’Empire et des guerres de 1870 et de 14/18, nous empruntons le chemin de terre qui fait le tour de la Citadelle. Voici la première balise et la première question: combien de statues ont un couvre-chef? On a retenu les noms des militaires statufiés mais pas ce détail. Trois courageux reviennent sur nos pas à toutes jambes pour vérifier qu’il n’y en a que 3. Mais le temps passe. Continuons. Nous arrivons Allée des Soupirs où la chapelle de ND des Soupirs nous intrigue. Fera-t-elle l’objet d’une prochaine question? La Place de la Roche et la rue des Hauts Fins nous conduisent à la Porte Chatel puis au Palais Episcopal et à la Cathédrale. Nous avons en mémoire toutes les dates inscrites sur les façades des maisons anciennes, l’histoire de la Porte Chatel (XIIème siècle)…et quelle est la question ? Quel commerce se trouve rue des Hauts Fins? Nous n’en avons aucun souvenir. Vite, marche arrière. Enfin sur une façade donnant sur la Place de la Roche on découvre une mention presque effacée d’un ancien café.

Repartons au pas de course. On jette un regard au Palais Episcopal (XVIIIème siècle) qui abrite le Centre Mondial de la Paix et on visite la cathédrale romano-gothique qui veille sur Verdun depuis plus de 1000 ans. On compte les vitraux de Gruber, les chapiteaux…et les 71 marches de l’impasse des Gros Degrés qui mène Rue de la Vieille Prison. La balise est là qui demande ce que St Saintin, dont la statue est dans le cloître de la cathédrale, tient dans la main. Il ne reste qu’à remonter les 71 marches, à entrer en trombe dans le sanctuaire, courir le long des galeries de ce magnifique cloître (XIVème et XVIème siècle), dénicher St Saintin, premier évêque de Verdun…C’est un livre qu’il tient dans la main. Retour à la balise. On poinçonne.

Et maintenant sus au Monument à la Victoire et aux Enfants de Verdun avec son escalier de 73 marches, sa pyramide de 30 mètres  surmontée par un guerrier casqué appuyé sur son épée. Soyons attentifs. Il va bien y avoir une question sur ce monument. Rue St Paul on détaille la Chapelle St Nicolas ou Chapelle Buvignier au cas où…L’impasse des Jacobins nous mène à la synagogue puis à la rue des Frères Boulhaut où se trouve la statue intitulée «la Défense» offerte par la Hollande, qui est une copie en bronze d’une œuvre de Rodin appelée «l’appel aux armes». Voilà la balise. Elle demande quels sont les auteurs des textes de part et d’autre du monument à la Victoire. Eureka, on l’avait noté. Pas besoin d’y retourner. On continue.

A peu de distance s’élève le monument en l’honneur des femmes du monde rural pendant les deux guerres mondiales. Deux femmes et deux enfants sont entourés d’outils agricoles, de produits des récoltes et aussi d’armes des soldats. A tout hasard on liste tout ce qui entoure les personnages. On se dirige vers la Porte St Paul et ses ponts levis qui n’est pas médiévale mais a été percée dans les remparts au XIXème siècle. On emprunte à nouveau la rue St Paul puis la rue Chaussée pour passer sous la Porte Chaussée (XIVème siècle) entre ses deux tours circulaires. Le pont Chaussée nous amène place des Nations où se trouve le monument aux Morts sur lequel figurent 5 soldats des 5 corps d’Armée Française engagés pendant la bataille de Verdun en 1916. Le tour du parc municipal Japiot se termine sur la berge de la Meuse et sous le pont Chaussée on découvre la balise. Heureusement nous savons que la Porte Chaussée était une prison de 1754 à 1890.

En route car le temps presse. Derrière l’hôtel 4 étoiles « Mess des Officiers » construit à la fin du XIXème siècle, la rue du Moulin-la-Ville nous conduit à la tour des Plaids c’est-à-dire des plaidoiries située au centre du jeu compliqué des vannes qui régulaient le cours des bras de Meuse et du canal du Puty qui alimentaient les moulins Couten. Rue du Grand Rempart, la balise nous interroge sur un sequoia heureusement connu. Poursuivons notre parcours le long du canal du Puty puis après le pont dans la rue du Pont Lilette, la rue des bateliers jusqu’au canal St Airy. Les maisons construites le long du canal ont un seuil au ras de l’eau.

Dans la rue St Sauveur, l’Hôtel de Ville, construit en 1683 et reconstruit après l’incendie de 1894 abrite la balise suivante. La question sur les Résistants arrêtés au n° 1 de la rue du Pont Lilette nous prend au dépourvu car nous n’avons pas remarqué le monument commémoratif. C’est trop loin pour y retourner donc la réponse est donnée au hasard. La place Chevert et le pont sur la Meuse nous ramènent quai de Londres. Passons devant le théâtre, traversons le canal des Augustins vers la rue Victor Schleiter…et il s’en faut de peu que nous passions outre la balise accrochée à une grille. La question concerne les dates figurant sur la façade de l’Hôtel de Ville et nous pensons avoir la réponse. Accélérons car l’heure limite approche.

Mais où est donc la dernière balise ? Il nous reste à faire, à sa recherche, le tour du plan d’eau du Pré l’Evêque au pas de course. Pas de balise. Tant pis, il faut aller à l’accueil signaler notre arrivée avec seulement deux minutes de retard sur l’horaire annoncé au départ. Et la voilà cette ultime balise, au milieu des tables dressées pour le déjeuner. Elle nous questionne sur le blason de la ville. Vite, répondons. Trop vite car notre réponse sera partielle donc imparfaite.

Au final nous ne sommes pas les meilleurs mais nous ne sommes pas mécontents car nous avons respecté le temps imparti et nous n’avons que deux réponses fausses sur dix. Nous avons mérité de passer à table. Les plateaux repas offerts par les organisateurs sont les bienvenus.

Merci aux organisateurs pour leur accueil et ce parcours très intéressant qui nous a révélé une ville animée et agréable, chargée d’Histoire.

 

                                                                                                                                                                   Mireille

 

Equipe Pied Champêtre 1 : Denis, Annick, Eliane, Jacqueline, Mireille et Martial.

Equipe Pied Champêtre 2 : Daniel, Anne Marie, Colette, Evelyne Francine, Marie Odile + le joker Jean Paul

Finalement, il n'y a pas eu de classement : l'important était de participer

 

Réponses aux questions sur le site départemental

 

 

Commentaires complémentaires de Mireille sur Verdun

 

Photos de Denis


Écrire commentaire

Commentaires : 0