MAXEY-SUR-MEUSE  MONCEL-SUR-VAIR

Ce lundi 27 mars par un beau soleil, nous sommes 52 à quitter Maxey sur Meuse pour un parcours de 11,3 km (13 km pour le groupe des rapides), qui fait le tour d’une colline culminant à plus de 400 mètres et qui passe par Moncel sur Vair. Maxey est un nom associé aux marais et marécages alors que Moncel signifie petit mont. Nous empruntons la vallée du ruisseau du Vau au pied du plateau calcaire de Beauregard au bord duquel se trouve la chapelle Notre Dame de Beauregard et sa croix celtique. La première chapelle a été bâtie en 1245, puis reconstruite en 1540 et enfin l’édifice actuel en 1710. A Moncel l’église Saint Michel nous ouvre ses portes. Ses vitraux aux joyeuses couleurs vives et aux savants dessins géométriques l’inondent de lumière.

Cheminant autour du mamelon boisé nommé « La Robe », nous passons « les sources des pistoles ». Derrière nous s’ouvre un beau panorama sur Greux et Domrémy. Les primevères-coucous du même jaune que les papillons « citron » qui tournent autour, les anémones sylvie blanches, les scilles bleus et les pulmonaires roses nous font une haie d’honneur. Montant toujours une pente douce, nous gagnons la côte de Dulgny. Les bonbons de Marie-Jeanne nous redonnent de l’énergie pour profiter de la vue dont jouit la baraque de chasse en bois entourée d’une pelouse de primevères de toutes les couleurs. A nos pieds la vallée du Vair et de la Meuse, Moncel, Coussey et la basilique Jeanne d’Arc.

Nous parvenons à Moncel, coquet village aux couleurs vives. Sur un éperon nommé plateau du Chatel, au nord, au-dessus du village, se trouvait un ancien camp romain. La découverte d’un nombre important de monnaies gauloises atteste de l’ancienneté de l’occupation du site. Le Vair qui traverse Moncel et Maxey, prend sa source près de Contrexéville et reçoit le « Petit Vair ».en provenance de Vittel. Après un parcours de 65 km il se jette dans la Meuse à Greux. Notre route longe son cours. Il enserre de ses nombreux bras des ilots éphémères. Ses crues dans cette vallée encaissée sont redoutées.

 Nous passons près du moulin puis à travers « les Plates Terres » et les « Carpières », nous revenons à Maxey sur Meuse, terme de notre balade tranquille. Dans la « rue du four » une maison porte la date de 1729. Devant une autre maison une cigogne tenant dans son bec un paquet bleu annonce la venue au monde d’un petit garçon. Les diverses fontaines ont été conservées et agrémentent les rues.

Une bien belle balade que nous faisions pour la première fois.

 

                                                                                                                                                      Mireille

 

 

Photos de Denis

Photos d'Annie


Écrire commentaire

Commentaires : 0