VOID  LANEUVILLE-AU-RUPT

En ce lundi 21 novembre 2016, doux et nuageux, nous sommes 23 à oser parier qu’il ne pleuvra pas et à partir d’un bon pas de Void pour rejoindre, à travers le Bois de Palisse, Laneuville au Rupt et retour à Void soit une boucle de 11 km (14.2 km pour le groupe des « rapides »).

Dans le bois, les arbres sont dépouillés de leurs feuilles qui jonchent à présent le sol. Nous atteignons un coquet chalet de bois nommé « chalet de Palisse », utilisé comme baraque de chasse. A la sortie du bois nous abordons le plateau et découvrons cinq éoliennes en pleine activité.

A la pause nous dégustons des madeleines que la Confrérie des madeleines de Commercy a distribuées hier dimanche à l’occasion de son chapitre annuel. Les madeleines ne sont pas les seules spécialités gastronomiques que la Lorraine a apportées à la cuisine et à la pâtisserie française. Ainsi au XVIIIème siècle, le Duc de Lorraine Stanislas introduisit un gâteau courant en Russie et en Pologne, le Baba, garni de fruits secs et aromatisé au safran. Au XIXème siècle il n’est plus question de safran mais de raisins de Corinthe et d’eau de fleur d’oranger pour parfumer. C’est en 1835 que le pâtissier parisien Stohrer, descendant, dit-on, du chef pâtissier polonais de Stanislas, commence à arroser les Babas sitôt démoulés avec du rhum. Au milieu du XIXème siècle, le Baba est trempé non plus dans le rhum mais dans un sirop aromatisé au rhum. C’est l’aboutissement de la recette qui fera le tour du monde.

Nous parvenons à La Neuville au Rupt dont nous apercevons d’abord les deux croix de chemin. Rupt désigne un cours d’eau ou ru en vieux français. Ce village, dont l’église est dédiée à Saint Nicolas, possède deux lavoirs. Nous visitons la fontaine-lavoir dont la façade s’orne d’un gracieux cygne et dont le bassin de forme elliptique et les bancs sont constitués de belles pierres beiges rosées. Les fontaines-abreuvoirs ont été conservées dans plusieurs rues et fleuries. L’une d’entre elles particulièrement remarquable enjambe l’un des bras du Rupt.

Une pente douce nous ramène à Void après une très agréable promenade sous un ciel clément.

 

                                                                                                                                                   Mireille

 

 

Photos de Denis

Photos d'Annie


Écrire commentaire

Commentaires : 0