Marche à la journée à DAINVILLE BERTHELEVILLE

Descente vers Dainville
Descente vers Dainville

En ce frais mais beau lundi 10 octobre 2016 nous étions 31 au départ de Bertheléville pour une randonnée d’une journée sur un circuit de 16,5 kilomètres  Bertheléville et Dainville forment une seule commune dont les deux parties sont distantes de quelques kilomètres.

Bertheléville, intéressant village-château, recèle de nombreux monuments historiques. On entre par la Porte de France construite au XVIIIème siècle. Au fond de la cour, le château, maison forte du XVIIIème siècle remanié au XIXème, a été construit par les des Salles qui restèrent propriétaires jusqu’en 1801 puis il devint la propriété des Germigney jusqu’en 1853, ensuite il passa entre différentes mains. Les très vastes communs et les nombreuses habitations d’ouvriers témoignent de l’activité des forges qui existaient depuis le XVIIème siècle, jadis florissantes, aujourd’hui disparues. A proximité du château, le colombier est daté de 1733. Des vestiges de l’Eglise Saint Rémi du XVIIIème il ne reste qu’une tour-clocher branlante.

Contre toute attente la présence d’une imposante compagnie de chasseurs prêts à se déployer dans la forêt que nous devions parcourir, oblige nos guides-organisateurs à changer leurs plans en urgence, ce dont ils s’acquittent avec brio.

Nous quittons Bertheléville et traversons le pont du XIXème siècle sur la rivière Maldite, affluent de l’Ornain.

L’Automne offre au randonneur la diversité des formes et des couleurs des fruits, de toutes les espèces d’arbres ou arbustes. Au bord des ruisseaux, sur les talus, on voit les « bonnets d’évêque rose du fusain, les grappes de fruits rouges des viornes, et les baies noires du sureau. Dans les bois, les fruits rouges du cornouiller tombés au sol, égayent le tapis des feuilles mortes, des glands de chênes dans leur cupule, et des faines de hêtres dans leur coriace enveloppe à quatre valves hérissées de petites pointes raides. Les ailes à trois lobes qui virevoltent portent les graines aplaties du charme et ces deux ailes soudées qui tournoient comme des hélices jusqu’à terre portent les graines de l’érable sycomore.

Nous parvenons à Dainville, coquet village entretenu avec soin. En flânant nous empruntons la «rue entre deux maisons» et la « rue traversière ». Nous découvrons des monuments bien signalés: une belle fontaine en fonte réalisée à Tusey et la fontaine lavoir remarquablement ouvragée datée du XIXème. A peu de distance du village nous gagnons la chapelle Notre Dame de Chécourt. L’ancien ermitage de Chécourt remontait au XIIIème siècle. La chapelle du XVIème siècle, dédiée à Notre Dame des Sept Douleurs, a été restaurée en 1895 et l’habitation de l’ermite détruite. La chapelle reste un lieu de pèlerinage depuis la fin du XIXème siècle.

Grâce à l’amabilité du Maire de Dainville nous avons la chance de visiter la très intéressante église paroissiale Saint Valère construite en 1226, reconstruite vers 1770 et réparée en 1783 et 1829 dont le retable date du XVIIème siècle. Puis Monsieur le Maire, qu’il soit remercié, nous offre l’hospitalité dans une agréable salle des fêtes chauffée pour prendre le repas tiré du sac, toujours amélioré par les attentions des uns et des autres.

C’est donc avec des forces retrouvées que nous prenons, après le pont du XIIIème siècle sur la rivière Maldite, le chemin d’Avranville, situé dans les Vosges, par la ferme de « Vuide Baril ». Après avoir traversé le village nous repartons en direction de Dainville où les chauffeurs ramènent les voitures laissées à Bertheléville ce matin.

.                                                                                                                                                            Mireille

 

 

Photos de Denis

Photos d'Annie


Écrire commentaire

Commentaires : 0