Autour de NEUFCHATEAU et Circuit des Grottes à REBEUVILLE

Neufchâteau
Neufchâteau

Ce 14 mars, 38 joyeux marcheurs du Pied Champêtre sont partis pour la journée découvrir les alentours et le patrimoine de Neufchâteau avant de savourer le repas tiré du sac. En fait il s’agissait d’un pique-nique très amélioré par les apports gastronomiques de chacun dans une salle aimablement prêtée et chauffée par de sympathiques amis qu’il faut remercier chaleureusement. Puis la découverte des grottes a été le but de la balade de l’après-midi.

Blottie au confluent du Mouzon et de la Meuse, Neufchâteau fait face à la butte de Mont-les-Neufchâteau qui abrite les ruines du fort de Bourlemont, et, à son extrémité nord, le château de Bourlemont.

C’est entre 1070 et 1095 que le fils et successeur du Duc de Lorraine Gérard d’Alsace, Thierry II établit sur la colline dominant le Mouzon, une ville neuve, dotée d’une église dédiée à St Nicolas et d’une forteresse. « Neufchastel », brillante cité marchande, donna asile à la famille de Jacques d’Arc fuyant Domremy devant les troupes des Bourguignons en août 1428.

Commerçant avec l’Italie, l’Allemagne et les Pays Bas, « Neufchastel » fut prospère comme en témoignent les édifices religieux. L’église Saint Christophe, au bout de la rue de la Comédie, à l’intérieur de laquelle se trouve la chapelle Wiriot au voûtement remarquable, date du XIII° siècle.

L’église Saint Nicolas, rue Saint Nicolas, dont les chapelles datent des XVème et XVIème siècles abrite un groupe de 9 statues représentant l’onction du Christ, daté du XVème siècle, actuellement en cours de réfection.

Du XVI° siècle, Neufchâteau conserve le très bel Hôtel d’Houdreville (1578-1594), rue Saint Jean, actuelle Mairie, qui possède une façade très intéressante, des caves voûtées  et surtout un splendide escalier Renaissance. On peut voir aussi une façade Renaissance datée de 1576 au N° 34 de la Rue Poincaré ainsi qu’au N°37 Place Jeanne d’Arc.

Au XVII° siècle, Français et Lorrains se disputèrent âprement la possession de Neufchâteau, provoquant destructions et incendies. Malgré ces malheurs des édifices religieux sont élevés. On peut voir au N° 7 de la Rue de la Comédie le Couvent des Annonciades fondé en 1630 par Henriette de Vaudemont ainsi qu’une belle maison bourgeoise au N° 13.

Le Duc Léopold, remis en possession de ses Etats rentre en Lorraine en 1698 et entreprend la reconstruction. La majeure partie des immeubles de la Ville Haute et Basse portent la marque du XVIII° siècle car le Duc Stanislas a poursuivi l’œuvre de Léopold. De cette époque on peut admirer les façades en pierre de taille des N° 19 et 20 Rue Neuve ainsi que l’Hôtel Salle (1780) au N° 17 de la même rue ou encore la façade de l’Hôtel Poincaré au N° 31 Rue Saint Jean. Place Jeanne d’Arc c’est l’Hôtel Mouzon (1728-1792) qui attire le regard alors qu’au N° 7 de la Rue Saint Nicolas se trouve l’ancienne demeure de ville des Dames Cisterciennes de l’Abbaye de l’Etanche. A l’angle de la Rue de la Comédie et de la Rue Poincaré on découvre l’ancien couvent de la Congrégation Notre-Dame des Augustins (1760).

A la mort se Stanislas en 1766, Neufchâteau, comme l’ensemble des duchés de Lorraine et de Bar, est rattachée au Royaume et son histoire se confond avec celle de la France. Sous la Révolution la ville portera pour quelques années le nom de « Mouzon-Meuse », puis Napoléon I en fera une Sous-Préfecture en lui redonnant son nom.

C’est au XIXème siècle qu’est aménagé Rue de la Comédie, dans un corps de bâtiment du Couvent des Augustines, la Scala, un théâtre à l’italienne dont le décor est classé monument historique

L’après-midi, sous un soleil printanier, on part de Reubeville à 3 km de Neufchâteau. On traverse le pont sur le Mouzon et on pénètre dans le bois tapissé en bleu par les scilles à deux feuilles. On parcourt un coteau dit « coteau noir » qui domine les méandres de la rivière et offre un point de vue sur Bréchaincourt, Villars, et Certilleux.  A Brechaincourt, on retraverse le Mouzon sur une passerelle en effrayant une aigrette blanche qui s’envole. Puis on prend la direction de Villars d’où on monte dans le Bois de l’Enfer. Le Mouzon a creusé la roche en falaises abruptes dans lesquelles des cavités se sont formées. Un bois moussu a envahi la pente au pied du mur rocheux. Le chemin escarpé, marqué du triangle rouge, mène à la plus vaste des grottes, la grotte de l’Enfer aux parois rouge-orangé par endroits. Dans ces grottes hibernent de novembre à mars, des chauves-souris d’espèces protégées. De courageux randonneurs (euses) se sont aventurés dans la grotte. Le retour vers Rebeuville ne prend que 30 minutes sur les berges du Mouzon.

Ce fut une formidable journée de plus pour les randonneurs du Pied Champêtre. Merci aux organisateurs et aux « repéreurs » du circuit.

                                                                                                                                                          Mireille

Matin : Autour de NEUFCHATEAU

Visite guidée et pique-nique

Après-midi : Le circuit des Grottes à REBEUVILLE

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    jean-pierre (lundi, 21 mars 2016 19:40)

    Bonjour Denis & Mireille,
    je reviens de Neufchâteau, et en allant sur votre site, je découvre une belle promenade que vous avez réalisé, lundi dernier.
    Vous n'êtes peut être pas passés devant l'Espace Culturel François Mitterrand ?
    Car l'on traverse le Mouzon sur le pont, qui se situe sur la droite, juste après un deuxième pont sur un affluent de la rive gauche du Mouzon... le nom de cet affluent, était en avance sur l'histoire de l'ancien président de la république... A vous de le découvrir !!!
    Amicalement jpl.

  • #2

    Pied Champêtre (lundi, 21 mars 2016 20:20)

    Mazarine a peut-être été conçue à Neufchâteau!!!